+33(0)6 80 35 28 03

Bye bye le mode Auto, devenez maître de vos photos !

Sortir des modes tout automatiques pour prendre la main sur ses prises de vue, ce n’est pas si compliqué.

 

Lors des premiers pas en photographie, ce sont souvent les modes « tout automatiques » qui sont privilégiés, pour leur côté rassurant, laissant croire à la garantie de photos réussies à tous les coups. Mais leurs limites apparaissent très rapidement. Sortir de ces modes, c’est pouvoir laisser libre cours à sa créativité !

Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi et comment sortir du tout automatique.

 

 

Les différents modes tout automatiques

Votre appareil photo comporte différentes fonctions de prise de vue automatique. Ces différents modes sont facilement reconnaissables sur la molette du boitier. La plupart du temps, le mode automatique est repéré en vert et les modes scène sont quant à eux définis par des pictogrammes explicites.

Je vais vous détailler ci-dessous chaque mode, leurs utilités et leurs inconvénients.

 

 Le mode automatique :

Qui n’a pas déjà utilisé ce mode ?! Quand on débute en photo, on n’a envie de prendre tout de suite un cliché et que ce soit simple. Le mode auto est parfait pour cela : appuyez sur le déclencheur et l’appareil fait le reste. En effet, au moment où vous pressez le bouton, votre boitier va gérer l’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation et la sensibilité iso, ce qui permet généralement d’avoir une photo correctement exposée.

 

Les inconvénients de ce mode :

  • L’appareil ne sait pas ce que vous êtes en train de photographier. Il va décider pour vous de l’exposition de la photo et le résultat peut donc ne pas correspondre à vos attentes.
  • Il arrive que, sans raison valable, la sensibilité iso soit anormalement augmentée. En conséquence, votre appareil va générer du bruit ce qui va altérer votre cliché.
  • Suivant l’endroit où la mise au point va se faire, vous aurez certainement un problème de profondeur de champ.
  • Le mode « scène » paysage :

    Ce mode est facilement reconnaissable grâce à son pictogramme Montagne. Il vous permettra d’être plus précis lors de vos prises de vue de paysage. Il contraindra votre boîtier à utiliser une petite ouverture du diaphragme. Cela aura pour effet d’augmenter la profondeur de champ et donc de rendre l’ensemble de votre photo nette. C’est ce que l’on recherche en photographie de paysage. Mais tout comme le mode automatique, il va lui-même décider de l’exposition et de la sensibilité iso, avec les conséquences déjà vues précédemment.

  • Le mode « scène » portrait :

    Ce mode est repérable grâce à son icône représentant une tête. Il est à privilégier lorsque l’on souhaite photographier des personnes. En portrait, à l’inverse du paysage, on cherche à réduire la profondeur de champ. Ce qui permet de détacher le sujet en créant un flou sur l’arrière-plan alors que le sujet reste net. Pour cela, votre boitier va utiliser une grande ouverture de diaphragme. Mais, comme pour les deux modes précédents, ce n’est pas vous qui gérerez l’exposition ni la sensibilité iso.

  • Le mode « scène » macro :

    Ce mode est caractérisé sur la molette de votre boitier par une fleur. Cette fonction a pour but de photographier de petits sujets (insectes, fleurs…). Normalement, il est censé permettre de réaliser une mise au point sur un sujet très proche de l’objectif. J’emploie le terme « normalement » car, sur un appareil reflex, la distance minimale de mise au point est régie par l’objectif et non par le boitier

  • Le mode « scène » sport :

    Ce mode est à privilégier quand on souhaite photographier un sujet en mouvement. Il est représenté par un personnage qui court. Pour pouvoir figer le mouvement de votre sujet, votre appareil va utiliser un temps d’obturation très court et va adapter, à votre place, avec les risques que l’on connait, l’ouverture du diaphragme et la sensibilité iso en fonction de la luminosité de la scène.

  • Le mode « scène » nuit :

    A utiliser quand les conditions de lumière sont difficiles, comme durant la nuit, il est reconnaissable par son pictogramme en forme de lune ou d’étoile. Dans cette configuration, l’appareil va utiliser une vitesse d’obturation très lente afin de capturer un maximum de lumière. Ce mode nécessite l’utilisation d’un trépied. Faire des photos à main levée avec une faible vitesse d’obturation, c’est la garantie d’avoir des photos floues. Si vous voulez réussir vos clichés de nuit, je vous déconseille vivement d’utiliser ce mode : tournez-vous plutôt vers le mode manuel de votre boitier.

Utiliser ces différents modes, c’est déjà un premier pas vers la maîtrise de la technique de la photographie. En indiquant à votre boitier le type de scène à photographier, celui-ci va s’y adapter et faire au mieux pour capturer une image correcte. Mais faire des photos en mode automatique n’est pas un gage de réussite et ces modes ont tendance à brider votre créativité.

Les différents modes semi-automatiques :

Avec ces différents modes, vous allez réduire la part d’incertitude lors de vos prises de vue. Que ce soit avec le mode P, la priorité à l’ouverture ou à la vitesse, vous allez pouvoir prendre en partie la main sur votre appareil et laisser libre cours à votre créativité, le tout avec l’esprit tranquille car l’appareil fera en sorte d’être toujours bien exposé. Je vous invite donc à vous familiariser avec ces différents modes.

  • Le mode P :

    Ce mode est similaire au mode automatique vu plus haut. Celui-ci gèrera toujours pour vous l’exposition, mais contrairement au tout automatique, vous pourrez agir sur le couple « ouverture/vitesse », sur la sensibilité iso ainsi que sur la balance des blancs.

    Par exemple :

    – Vous souhaitez réaliser un portrait avec un flou d’arrière-plan, ouvrez le diaphragme pour obtenir une faible profondeur de champ et la vitesse s’ajustera automatiquement pour que l’exposition reste optimale.

    – Pour un paysage bien net, fermez le diaphragme pour obtenir une grande profondeur de champ et la vitesse s’adaptera aussitôt.

    – Enfin, pour figer un mouvement, augmentez la vitesse d’obturation et l’ouverture changera automatiquement.

  • Le mode priorité à l’ouverture (A ou Av selon les boitiers) 

    Ce mode est utile en photo de paysage comme en portrait. Il vous permet d’agir sur le diaphragme ce qui permet de définir la profondeur de champ, la vitesse d’obturation s’adaptera automatiquement.

    Pour rappel, en photographie de paysage, on cherche à avoir la plus grande profondeur de champ possible. Il faut donc pour cela fermer le diaphragme, généralement entre F/8 et F/11. À l’inverse pour un portrait, on cherche à détacher le sujet de la scène. Pour cela, il faut ouvrir le diaphragme, ce qui créera un flou derrière et/ou devant votre sujet. Dans ce mode vous pouvez aussi agir sur la sensibilité iso et la balance des blancs. Si vous trouvez que vos photos sont trop ou pas assez exposées à votre gout, il vous suffit d’ajuster à votre guise la correction d’exposition (en fonction des boitiers) à l’aide d’une simple molette ou par la combinaison du bouton et d’une molette.

  • Le mode priorité à la vitesse (S ou TV selon les boitiers) 

    Ce mode est destiné à la photographie de mouvement, lorsque vous souhaitez par exemple faire de la photographie animalière, photographier des enfants en train de courir ou des évènements sportifs. Le principe est simple : il vous suffit de régler la vitesse d’obturation pour figer le mouvement et l’appareil adaptera l’ouverture du diaphragme. Comme dans les deux modes précédents, vous pouvez aussi agir sur la sensibilité iso et la balance des blancs, ainsi que sur la correction d’exposition

Pour se libérer des modes automatiques, je vous recommande d’abord d’utiliser le mode P. Chez vous, prenez le temps de tester votre boitier dans les différents modes et regardez évoluer, sur l’écran ou dans la visée, les paramètres en fonction de vos réglages. Comprendre le fonctionnement de ces modes vous fera faire un grand bond en photographie et vous permettra ensuite d’adapter les réglages de votre boitier aux situations que vous souhaitez capturer.

A vous la liberté et la créativité !

En passant en mode manuel, vous allez vous libérer des contraintes des autres modes de votre boitier photo.

  • Le mode manuel (M) :

    Comme son nom l’indique, dans ce mode vous aurez à gérer vous-même l’ensemble des paramètres (l’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation, la sensibilité iso et la balance des blancs). La maitrise de ce mode vous sera d’une grande utilité dans des conditions de prise de vue difficiles, comme la photo d’étoiles. Il vous faudra apprendre à choisir les paramètres sur lesquels agir pour obtenir le rendu que vous souhaitez. Ce mode n’est pas le plus simple d’utilisation au premier abord. Mais, avec une bonne connaissance du triangle d’exposition, qui définit l’harmonie entre les paramètres d’exposition, l’aide du posemètre et après quelques sorties photos pour vous exercer, la photographie n’aura bientôt plus aucune limite pour vous.

En conclusion

Vous avez maintenant toutes les cartes en main, c’est le moment de laisser tomber les modes auto.

Au début et même pas la suite, vous aurez quelques ratés, c’est certain. Il m’arrive aussi d’en avoir. C’est frustrant, je le sais, mais ce n’est pas une raison pour abandonner. Persévérez, c’est en pratiquant régulièrement que l’on progresse. Rien ne vaut la satisfaction d’avoir réussi à réaliser un cliché par soi-même.  Mais n’oubliez surtout pas que la photo est avant tout un plaisir. Si le stress ou l’agacement prend le pas sur votre plaisir parce que vous n’arrivez pas à obtenir un cliché qui vous convient, n’hésitez pas à repasser dans un des modes automatiques. Je vous invite alors à regarder les réglages que votre boitier va utiliser afin de repasser ensuite en mode semi-automatique ou manuel en les adaptant.

J’espère que cet article vous aura donné envie de sauter le pas et d’aller plus loin dans cette belle passion qu’est la photographie.

Si au terme de cet article vous avez encore des questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaire, je me ferai un plaisir de vous répondre.

Vous souhaitez gagner du temps dans l’apprentissage de la photographie ?

Je propose un stage photo pour débutant dans lequel toutes ces notions sont abordées.

Restez informés des prochains articles !

Abonnez-vous à ma newsletter.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

17 Partages
Partagez17
Tweetez
Partagez
Enregistrer